Rappelons pour mémoire les principes piagétiens du progrès cognitif

Extrait de: Depover, Christian et al.:  Les modèles d'enseignement et d'apprentissage http://ute.umh.ac.be/dutice/uv6a/

"Contrairement aux béhavioristes pour lesquels l'individu est modelé par son environnement, Piaget considère que l'apprentissage est le résultat d'une interaction entre le sujet et son environnement. Le sujet confronté à des stimuli dans une situation donnée va activer un certain nombre de structures cognitives pour traiter ces stimuli. Par la prise en compte d'un certain nombre de structures caractérisant l'individu, le constructivisme se situe dans le prolongement du modèle gestaltiste mais il se démarque de celui-ci par l'importance qu'il accorde au processus de genèse de ces structures cognitives qu'il appelle des schèmes. A ce propos, Piaget décrira un schème comme "une gestalt qui a une histoire" signifiant en cela que, contrairement aux "bonnes formes", les schèmes sont des structures acquises.

Dans ses recherches en matière d'épistémologie génétique, Piaget a étudié les modalités de développement des schèmes opératoires c'est-à-dire des structures qui guident la pensée et le raisonnement. Ces travaux l'ont conduit à mettre en évidence différents stades dans le développement cognitif de l'individu dont les principaux sont : le stade sensori-moteur, le stade pré-opératoire, le stade des opérations concrètes et le stade des opérations formelles. Ainsi le développement de la connaissance chez l'enfant s'appuie sur des actions sensori-motrices qui sont ensuite intériorisées à travers l'accès à la fonction symbolique c'est-à-dire à la capacité de représenter des actions ou des objets concrets par des symboles. Piaget montre notamment que le passage du concret à sa représentation symbolique se construit progressivement à travers différents stades caractérisés d'abord par la mise en œuvre d'opérations concrètes puis par celle d'opérations abstraites faisant appel à des représentations formelles.

Pour Piaget l'apprentissage c'est-à-dire le développement des schèmes opératoires est le résultat d'un processus dynamique de recherche d'équilibre entre le sujet et son environnement:

Le conflit cognitif

La mise en œuvre du mécanisme d'accommodation implique:

  1. qu'il y ait d'abord tentative d'assimilation de manière à ce que les structures d'accueil adéquates soient mobilisées et que les éléments qui font l'objet de l'apprentissage soient reliés à ce que le sujet connaît déjà;
  2. que l'assimilation crée un déséquilibre qui conduise à un "conflit cognitif";
  3. que le conflit soit "régulé" par une "rééquilibration majorante" c'est-à-dire que le déséquilibre soit réellement dépassé de sorte qu'il conduise à une nouvelle forme d'équilibre correspondant à un progrès réel en terme de développement cognitif qui se mesure notamment par une progression au sein des stades (ou des sous-stades) de développement décrits par Piaget.

Piaget a basé le développement de son modèle sur une série de petites expériences dans lesquelles il confronte l'enfant à des situations susceptibles de créer chez lui un conflit. En régulant les démarches de l'enfant par des interventions adéquates (question, contre-exemples…), l'expérimentateur peut observer les démarches mises en œuvre pour dépasser le conflit cognitif qu'il a induit."

****************************

Piaget était, au départ, un biologiste, puis il a mis en parallèle les principes de l'adaptation en biologie avec les progrès de la connaissance. Le développement de la connaissance par Piaget était individuel (ontogénétique) et en groupe (phylogénétique). Quelque soit le niveau de l'ontogenèse ou de la phylogenèse, il considérait le progrès comme résultant de l'action de l'individu sur le monde extérieur. Son idée est qu'en agissant sur le monde extérieur et en incorporant les éléments du monde extérieur, le sujet parvient à modifier ses structures et à modifier son fonctionnement. Tout cela se fait dans un souci d'adaptation au monde extérieur.

L'apprentissage consiste en une adaptation de nos schèmes de pensée à de nouvelles données du réel. Pour Piaget, cette adaptation peut se faire de deux façons : par assimilation ou par accommodation.

La construction des savoirs dépend et des structures cognitives préexistantes du sujet par l'assimilation au moi et des objets perçus dans l'environnement par l'accomodation aux choses. Dans chaque situation rencontrée par le sujet, il se doit d'appliquer un programme général à cette situation particulière. Piaget rejette les idées provenant uniquement de l'innéisme ou du béhaviorisme pour former une nouvelle synthèse.

L'autorégulation entre les structures cognitives existantes du sujet et  la transformation de ces structures pour l'adapatation à des situations extérieures  s'appelle équilibration. Il s'agit d'un état dynamique qui réunit assimilation et accomodation.

En ce qui concerne l'assimilation, le sujet utilise l'environnement pour  complexifier ses schèmes hérédidaitres et acquis (structures organisées de comportements) de l'activité mentale et enrichit ses structures par l'intégration successive d'éléments nouveaux. L’assimilation consiste à interpréter les nouveaux événements à la lumière des schèmes de pensée déjà existants. Ainsi l'assimilation est synonyme d'intégration, d'intériorisation ou d'appropriation cognitive.

Si les nouvelles connaissances ne peuvent pas êtres assimilées parce qu'elles ne correspondent à aucune structure cognitive préexistante il en résulte une situation de déséquilibre qu'il s'agit de rééquilibrer. Alors le sujet essaiera d'ajuster le nouveau objet en transformant ses structures cognitives afin de s'adapter au milieu. Le sujet s'ajuste en fonction des caractéristiques de l'objet et de la situation. L'accommodation correspond à une modification de l'organisme pour s'adapter aux conditions extérieures, le processus d'accommodation sert à enrichir ou élargir un schème d'action en le rendant plus flexible. L'accomodation est le processus inverse de l'assimilation, c’est-à-dire il faut changer sa structure cognitive pour intégrer un nouvel objet ou un nouveau phénomène. - L'apprentissage se fait en mettant en jeu à la fois les structures mentales et l'expérience.



 

Voici schématiquement comment se présente l’impact de l’interaction social


http://www.ipm.ucl.ac.be/marcel/SSTC1.GIF


http://www.integralworld.net/images/ext2-fig2.jpg


http://www.uni-leipzig.de/~sander/hd/info/Material%20Lerntheorien/akkomodation.jpg